Recent Posts

    Le sexe des hommes sexe fanfiction

    le sexe des hommes sexe fanfiction

    At the center of every romance novel is a puzzle that is presented to us already solved. We know how it will end. The joy of the novel is to come to understand how it is that we will arrive at that solution.

    The success of a novel is not measured in how closely it mimics the laws of reality or the rules of society, but rather how close it brings us to the lives of its characters. I do not appeal to authors for plausibility though, my tastes do in fact run a bit on the mundane side , and instead I find myself wanting to come closer to the humanity of the people who inhabit a story. Yet, I cannot help but to be disappointed at how incredibly un-queer gay romance novels about men in love are.

    To the point of fetishism, straight men are placed at the center of these stories. Straight men whose sexuality is softened and made mutable by a sultry gaze from men who have been feminized to the point of homophobic caricature.

    And then, following a steamy sexual encounter, these newly sexually fluid men are immediately stamped gay. They were really gay all along, see—the glove has merely been inverted. Consider also that gay men in these novels in no way engage with their sexuality.

    They exist in a world of benevolent neutrality, as if living in the eye of an enormous gay hurricane. They vacillate between flamboyant pride as a plot device and stoic, self-loathing concealment. The gay men in gay romance novels have been stripped of the real vocabulary that exists for navigating the world as a queer person. They are functionally and utterly illiterate in their own identity politics.

    Gay romance novels have depoliticized gay sex to an impressive degree, but what to make of this in an era where gay sex, queer sex, is political?

    To say nothing of the sex itself which I will get to in moment, holy God , the space around gay sex in these novels is a sterile field. And why are their bodies always hard and strong? Why are their bodies facsimiles of one another, and why is it that they reflect the same masc, white body types that we see on magazines? The queer body is a political entity. The queer body is radical.

    And yet, in novels about men who certainly might identify as queer if not for the emptying, cleansing effects of the straight gaze that dominates these stories, the queer body has been rendered neuter of its political potential?

    I see nothing of my sex or my body in these novels. I am too round, too soft, too brown, too heady, too dour to be loved, sexually. The sex itself has also been rendered apolitical and unqueer. The hair is in all of the right places. The femme is always hairless, lanky, and nubile. He has tender lips. He kisses hungrily and opens himself up to be taken, to be fulfilled. The man, the butch, the lumberjack, pounds into this hairless, nubile entity.

    Sex between men opens in these writers a potential space for violence, and they eagerly supply it. Line after line of vicious, ugly sex unfolds.

    Sex in these novels is either penetrative or the lead-up to penetration. A gay romance novel without anal penetration is not considered complete. And I wonder why that is. Gay men, queer men, engage in sex in a variety of ways. In fact, the difficulty in preparing for anal sex often makes it prohibitive. Or, the actual pain of it makes it unpleasant. Anal sex is not the end-all, be-all of queer sex between men and male-identified bodies. Oral sex is not a cheap, half-hearted way to get someone off.

    For some gay men, it forms the entirety of their sexual repertoire. But back to anal sex—the very lack of preparation that characters perform for it tells me that these novels are unqueer.

    The hunger to be fucked. The war that goes on within you right before. That single, terrifying moment right before they take the plunge and enter you. The conflict some men face. How masculinity interacts with anal penetration is complex. And yet it is missing in these novels. And what of romance? What of the love that sits at the center of every romance novel? In gay romance novels, it takes the shape of a pair, their masculinity in careful, tenuous balance.

    Yet, queer love often does not look like this at all. Queer love is multi-peopled, multi-faceted, shifting, changing, thriving. Queer love, which has always had to exist at the fringes of society, is mutable and quicksilver. And yet, gifted with a boundless canvas of possibility, this is where writers go the most conservative.

    Instead, the characters often show their fear of how potential outside forces could cheapen the bond they share. They test the waters. They find themselves in a variety of different relationships with other queer men at any given time.

    Yet, this is conspicuously absent in gay romance novels. There is no kissing of the frogs. There is no buffet of beauties to sample. Instead, all other pretenders to the romance throne are often written with derision. In fact, the romantic rivals in gay romance novels tend to be women or men who are written like women.

    They are written as bubble gum-popping, hair-twirling bimbos, empty of emotion outside of lust and spite. It amazes me that any editor could give a pass to such bad writing, such hateful, sexist writing. The lack of dating and the compulsory pairing aside, again, this is where the depoliticizing of queer love shines most obviously in gay romance novels.

    I think that this is the source of shallowness that I feel when I read these novels. Not every queer person has a Ph. Pourtant, ils verront, bien malgré eux, qu'une nuit peut tout changer….

    Hermione ne s'était jamais sentie aussi mal à l'aise. Si elle avait mis cette robe, c'était par ce que Martin l'avait trouvé belle dans le magasin. Maintenant, seule au milieu de tous ces couples, elle avait l'impression qu'on ne regardait qu'elle à cause de son bout de tissu rouge.

    Si seulement la plupart des filles de l'école ne s'étaient pas liguées pour porter des couleurs pastels, elle ne ressemblerait pas en ce moment à un camion de pompier au milieu de limousines. En détournant les yeux pour éviter le regard étrangement agressif d'une Serdaigle, elle aperçut Ron au buffet. Il était entrain de se servir un verre de punch.

    Avec un peu de chance, sa petite amie les laisserait seuls durant un moment et elle n'aurait pas l'impression de se ridiculiser en étant tout de même venue au bal, malgré l'absence de son cavalier. Il esquiva un beau sourire et desserra un peu sa cravate lorsque la jeune fille eut prise sa boisson. Je n'aurai jamais du écouter Martin. Cette robe est bien trop… rouge.

    Elle se remaquille… pour la troisième fois de cette soirée qui a commencé il y a à peine une heure. Il aurait du s'y attendre et se protéger un peu plus. En tout cas, il aurait pu choisir un autre jour que celui-ci pour être coincé à l'infirmerie. Après tout, ça fait quatre mois que vous êtes ensemble, elle doit bien avoir des qualités ta Diane. Et, sans demander son reste, il entraîna la jeune fille dans une danse beaucoup trop rapide pour le genre de musique.

    Il la faisait tournoyer partout et essayait en même temps de pousser les personnes qui les entouraient. Hermione qui, tout comme son cavalier, riait aux éclats, se prêta au jeu et mis une main aux fesses à une jeune fille qui dansait près d'eux. Outrée, elle se redressa et flanqua une baffe magistrale au brun qui l'accompagnait. En ni une ni deux, Ron avait emporté Hermione à l'autre bout de la pièce et explosait de rire. Que dirais-tu de le trouver par hasard et de danser innocemment près de lui et de sa cavalière?

    Et si nous leur rentrons dedans à plusieurs reprises, se sera uniquement à cause du verre de punch que nous avons bu tout à l'heure. Après avoir énervé Harry durant dix bonnes minutes, Ron et Hermione s'étaient retrouvés devant des bouteilles de bière au beurre. Assis à une table, ils regardaient les couples danser et leur prévoyaient un avenir à la Trelawney. Ce jeu très essoufflant fit passer leurs deux bouteilles de bières au beurre à quatre, puis à six. S'écria Ron un peu trop fort en montrant à la jeune fille le blond qui bougeait sur la piste.

    En effet, Draco est tombé amoureux de Rusard durant sa seconde année et n'a maintenant plus qu'une idée: Dans à peine dix secondes, elle va me reprocher de l'avoir délaissé durant toute la soirée, ce qui est on ne peut plus vrai. Ensuite, elle prendra son air de sainte nitouche et me dira qu'elle rentre dans son dortoir, me signifiant ainsi que nous ne coucherons pas ensemble ce soir et qu'elle me punit.

    Déprimé de ne pas finir cette merveilleuse soirée en ta compagnie par une apothéose, je vais prendre une autre bouteille de bière au beurre et je t'en apporterai une par la même occasion. Je me sens fatiguée, je vais aller me coucher. Et, alors que la jeune fille se dirigeait vers la sortie, Ron se leva et alla chercher des boissons. Il l'entraîna sur la piste où un slow débuta. Tout d'abord, en deux bons amis, trente centimètres les séparaient l'un de l'autre.

    La musique et le temps s'écoulaient sans que ni l'un ni l'autre ne songe à s'arrêter. Ils s'étaient légèrement rapprochés lors du second slow, mais ce ne fut que lors du troisième qu'Hermione enroula ses bras autour du cou de Ron, augmentant considérablement le contact.

    Un petit moment après, Ron attrapa la jeune fille par les hanches et la colla contre lui, tout en continuant d'onduler son corps contre le sien, dans une danse sensuelle. Elle posa sa tête sur son épaule et continua de se laisser guider ainsi durant encore plusieurs slows.

    Seulement voilà, au bout d'un moment cela ne suffisait plus. Il fallait qu'ils se resserrent encore plus, il fallait qu'ils sentent l'autre corps contre le leur. Ron serrait Hermione le plus fort possible pendant que son corps se frottait contre le sien de façon démesurément lente, une torture qu'il n'avait jamais cru se voir infligé par son amie d'enfance. Il avait envie de la toucher. C'était idiot, mais il voulait absolument sentir sa peau contre ses doigts, et pas seulement celle de son dos dont il profitait depuis un bon moment.

    Alors, sans réfléchir, il baissa ses mains jusqu'au niveau de ses fesses. Il la caressa légèrement, juste assez pour qu'elle sente ses mains et que les autres danseurs ne fassent pas trop attention à eux. Il arrêta un instant pour observer la réaction de son amie, mais, puisqu'elle ne réagissait pas, il décida de la palper un peu plus, pour voir qu'elle genre de sous-vêtement se cachait sous la robe qui le rendait complètement cinglé.

    En la caressant, il n'en avait plus rien à faire de savoir si des élèves le regardaient et à vrai dire, il n'y pensait même plus.

    Son esprit était accaparé par le petit string en dentelle qu'il avait senti sous le fin satin de la robe. L'envie d'y passer ses doigts se fit sentir, celle de l'ôter lentement, très lentement avec sa bouche et de lécher toute la peau si douce qui devait se trouver en dessous…. Hermione sentait Ron la caresser, et elle adorait ça.

    Elle ne savait pas trop s'ils étaient toujours entrain de danser ni même s'ils étaient encore dans la grande salle. Elle fixait le cou du jeune homme pendant qu'il faisait ce qu'il voulait de son corps.

    Elle remarqua un trait de petites taches de rousseurs à peine visible le long d'une de ses veines. Elle voulait détacher ses mains d'autour de son cou et les toucher, mais elle était tellement bien qu'elle n'en eut pas le courage. Elle se souvint d'un devoir sur les vampires qu'elle avait un jour fait, et qui expliquait que les créatures étaient soumises à un fort élan de désirs avant de mordre leurs proies. Sous une impulsion, sans trop savoir pourquoi, Hermione mordit la veine couverte de ses taches de rousseurs qui la captivaient tant.

    Elle n'y alla pas très fort, se rendant compte qu'elle pourrait lui faire mal, mais se mit ensuite à mordiller, à sucer le carré de peau avec toute la ferveur et la passion qu'elle ressentait. Elle le lécha discrètement et descendit légèrement sur son cou, voulant goûter à absolument toutes les parcelles d'épiderme du jeune homme.

    Avec cette révélation subite des tonnes d'images s'immisçaient dans sa tête. Pendant qu'il continuait de la caresser, elle l'imagina malaxer son corps sans qu'aucune robe ou sous-vêtement ne viennent les déranger. Que ressentirait-elle s'il glissait ses doigts, sa langue, ou son sexe en elle?

    Elle leva un peu la tête et laissa son regard balayer la pièce, pour ensuite reprendre sa place au creux du cou de Ron. Une des mains qui se trouvait sur les fesses de la brune remonta jusqu'au milieu de son dos, au niveau de ses seins. Ron la serra encore plus contre son torse, pour pouvoir les sentir contre lui, mais son smoking l'en empêchait. Il releva alors un peu plus sa main et caressa les boucles brunes qui s'échappaient de la coiffure de la jeune fille. Ses doigts s'enroulaient dans les anglaises et à chaque fois il souffrait de devoir passer à une autre mèche, lorsque le haut de la précédente était bloqué par les petites pinces qui retenaient son chignon souple.

    Au bout de quelques temps encore, il se décida à libérer la chevelure d'Hermione. Il ôta toutes les pinces une par une, délicatement, et les glissa dans une de poches de son pantalon, prenant bien soin d'effleurer sa camarade au passage. Elle bougea un peu la tête et Ron put glisser ses doigts dans la longue chevelure.

    Il aimait ses cheveux. Sa peau aussi l'était. Il en était là de ses réflexions lorsqu'un genou vint se glisser entre ses jambes et frotta ses cuisses. Il remonta doucement jusqu'à son sexe et le caressa calmement, délicatement. Dieu comme il avait envie d'elle… Il la voulait toute entière et en avait terriblement mal au ventre…. Sa petite caresse avait eu l'effet désiré et elle sentait l'érection de Ron contre son ventre.

    Elle baissa son genou et du se retenir de ne pas attraper le membre palpitant à pleines mains. Elle était tellement bien contre lui, même si elle avait chaud et que sa tête semblait tourner beaucoup trop vite à son goût.

    Soudain, un manque affreux s'empara d'elle. Elle mis quelque temps pour comprendre que le roux s'était éloigné. Elle ne savait pas très bien ce qu'elle faisait, mais quand il lui tendit la main, elle la prit et se laissa guider hors de la grande salle. Après avoir plusieurs fois trébuchés dans les escaliers, les deux jeunes gens arrivèrent enfin au dortoir de Ron.

    A peine la porte fut-elle fermée qu'il se précipita vers sa camarade et lui ôta sa robe. Il regarda quelques secondes ses beaux seins aux pointes dressées et s'agenouilla devant elle. Avec un sourire pervers, il fit lentement glisser le string de dentelle rouge jusqu'au-dessous de ses genoux, mais ne le retira pas complètement.

    Il passa sa main entre ses cuisses et les écarta légèrement. Il caressa son sexe humide, et en lorsqu'il l'entendit gémir, il sût qu'il voulait qu'elle cri son nom. Elle fit bouger ses jambes pour que le sous-vêtement tombe à ses pieds et ne les gêne pas et ce frottement donna envi à Ron de la prendre complètement, et de toutes les manières possibles… Il écarta les lèvres de la jeune fille et se mit à la lécher.

    Il voulait simplement la goûter, mais il se mit à la dévorer. Lorsqu'il entra sa langue en elle il l'entendit gémir encore plus fort, et cela ne fit qu'augmenter son désir. Ses doigts vinrent aussi se joindre à la douce torture et alors qu'une de ses mains s'occupait de masser son clitoris, l'autre laissait un doigt rejoindre la langue de Ron dans son intimité.

    Lorsque le jeune homme put goûter au nectar de sa camarade, il sortit sa langue et la remplaça par un autre doigt. Il retira la main qui la massait, et mis la paume de celle dont les doigts étaient en elle contre son sexe.

    Puis il se releva, et il eut comme l'impression de l'empoigner. Il l'attira alors un peu plus à lui seulement à l'aide de cette main et la regarda perdre le contrôle. Il arrêta le va et vient qu'il faisait en elle pour voir sa réaction. Il voulait la voir agir, il voulait voir la belle et sage Hermione se transformer en la déesse sur qui il fantasmait.

    Comme si elle y avait été invitée, la jeune fille attrapa la main de Ron et la guida en elle, imposant le rythme que le roux devait suivre. Au bout de quelques instants, elle ne put que succomber et laissa échapper un petit cri en s'effondrant contre son ami. Il la tint un instant contre lui, mais son désir était trop fort et il l'allongea sur le plancher en lui retirant ses chaussures.

    ..

    Sexe entre copains kamasutra les secrets du sexe


    le sexe des hommes sexe fanfiction


    Harry venait de se garer dans un parking souterrain. Ils devaient aller dans un bar pour manger puis dans un autre pour boire et danser. Hermione pris sa ml blanche tandis que les autres attaquaient au demi litre. Ils avaient tous plus ou moins joué avec elle. Elle retira une de ses chaussures, elle se demandait qui elle allait bien exciter ce soir. Il était si impressionnant. Non si elle voulait jouer la reine il lui fallait un adversaire à sa taille… Percy était une proie facile.

    Elle allait le séduire et en faisant ça, elle comptait bien rendre fou de rage les autres Weasley. Elle commença alors son manège. Elle approcha lentement sa jambe de la sienne et fit comme si leur toucher était dû au hasard. Hermione rabattit ses jambes, enfila ses chaussures et se levant peu trop brusquement. Elle avait commençait par son ventre puis elle était descendue avec une frénésie de panique feinte.

    Ou plutôt elle essaya. Elle secoua alors plus énergiquement sous le regard amusé des autres. Charlie tout en muscle vient à son secours tapa fort sur le cul de la bouteille et pu ainsi servir Hermione en ketchup. Cette démonstration de force fut oublier momentanément à Hermione son objectif de charmer Percy. Elle avait en image un Charlie lui donnant une fessée. Merlin que ça pouvait être érotique des mains. La mâchoire serrée, il dit entre ses dents:. Bien sûr, sa réplique, sa tête toute rouge, et ses larmes firent rirent toute la tablée qui reculèrent bruyamment leur chaise pour sortir.

    Pendant ce temps Bill et Charlie allèrent au bar pour payer la note. Une fois dans la rue Hermione revigorée par la fraîcheur de la nuit réfléchissait à une nouvelle approche. Elle versa un peu de sel dans le creux du coude de Percy avec son accord , mordit dans un quart de citron, lécha le sel sur Percy, frappa sa tequila. Aussitôt dit, aussitôt fait: Tout le groupe y passa mais Percy fut le seul à avoir pu déguster son sel sur Hermione, les autres durent se lécher le creux du pouce.

    De loin Percy la regardait. Mais elle avait changé. Elle était chaude comme la braise et il avait hésité. Fred devant et Georges derrière, ils avaient commencé fort par une danse collés-serrés. Hermione, elle, ne bougeait plus, elle laissait son corps bougeait au rythme des jumeaux.

    Des frissons, elle en avait partout. Et son entrée toute chaude et humide rêvait de bien plus. Des mains grandes et fines lui pelotaient déjà les seins avec force et poigne. Il y avait trop de monde, une foule, et trop de bruits, la musique à fond. Des doigts sans crainte ni remord avaient déjà investis les lieux sous sa jupe.

    Il enfonça alors sans ménagement deux doigts dans cette petite chatte déjà bien trempée. Hermione avait passé le cap où on se rend compte de la teneur de nos fantasmes.

    Il y enfonça une première phalange, puis une deuxième. Il fit de petits allers retours, attendant de voir si Hermione appréciait ce traitement. Hermione jouit, en public, cette fois ci. A présent plus personne ne la voyait dans la foule. Un pénis fut sorti, il était dur et fièrement dressé. Mais le pénis se pressait sur sa bouche. Elle comprit alors que cette fois les garçons ne voulaient pas rester inassouvi. Il adorait sentir son gland tout au fond de sa gorge. Quand elle commençait vraiment à suffoquer il se retirait et laisser le temps à la jeune fille de tousser et de reprendre son souffle.

    Au bout de quelques minutes, les garçons éjaculèrent en même temps. Une fois propre elle voulut sortir quand un inconnu lui barra le chemin. Sa grosse bite tendue vers elle. Elle avait peur, elle était seule. Quand il lui eut donné de quoi avoir des bleue et des coups pendant plusieurs jours, il ajouta:.

    Venez retrouver chaque semaine de nouveaux articles sur notre Maître des Potions préféré. Je ne suis en aucune sorte propriétaire des images ou des noms des personnages mentionnés dans ce blog.

    Design by the-skyrock-team Choose this background. Subscribe to my blog! Return to the blog of severusroguedu Posted on Sunday, 02 August at 2: Lucy , Posted on Saturday, 12 May at 8: Super l'idée du devoir, de la pratique!!

    Et tout, c'est très bien écrit!! Vraiment bravo a l'auteur!! Panda-chan-in-Poudlard , Posted on Sunday, 27 December at 7: Les-lignea42 , Posted on Wednesday, 23 December at 1: Je la trouve drole et très sensuelle, et c tellement bien écrit que le fait d'imaginer snape et harry en couple ne dégoute pas au contraire! Louise , Posted on Tuesday, 13 October at 9: Je'ai beaucoup aimé, vu que je suis une grande fan de severus rogue!!!

    J'aime l'idée qu'il soit homosexuel, et je la soutiens parce que je ne le vois pas du tout avec une femme, mais je n'aime pas trop l'idée d'une relation avec harry, même si la ça ne m'a pas dérangée!! Kureru-Chan , Posted on Saturday, 29 August at 8: Blog Profile Le blog de Severus Rogue severusroguedu Send a message Give a gift Follow Block Choose this background. Profile severusroguedu60 30 yo Senlis 60 France. Design by the-skyrock-team Choose this background Report abuse.

    Visiblement, elle n'avait pas apprécié les insultes des garçons concernant le maître des potions. Tu ne peux quand même pas le nier! Regarde l'état de ses mains?

    N'oublions pas que c'est aussi grâce à lui que Harry a vaincu Voldemort. Il n'est donc pas totalement méchant, même si parfois, il est




    Sexe tape ado sexe au cap d agde


    le sexe des hommes sexe fanfiction